Parcours et Démarche

" Pour Sylvie Enjalbert, le contenant est un corps dont la peau appelle à la lecture directe du toucher, cette autre manière de se rencontrer ".

Sur la terre nue les pores de chamottes vibrent. Ses pièces sont pleines de temps que la céramiste passe à les lisser et étirer à l'estèque, un temps vécu comme une phrase: celle-ci s'ouvre le matin par pétrissage d'une boule de terre que creuse ensuite son pouce et se ferme le soir =, au moment où le soleil achève sa course sur la vallée de la Neste, dans la contemplation du travail accompli, soutenue par la sensation calme "d'avoir donné tout ce que l'on pensait bon de donner".

Pascale Nobécourt. La Revue de la Céramique et du Verre N°201, mars-avril 2015.

Céramiste grès, Sylvie Enjalbert réinvente des figures originelles, façonne des pièces selon la technique ancestrale du colombin. Naissent ainsi des contenants aux formes inégales et sensibles, aux contours poétiques. Ses créations portent en même temps des résonnances immémoriales et contemporaines.